Yahallo ! Aujourd’hui on se retrouve pour une critique du tome 2 du light novel Sword Art Online, disponible chez les éditions Ofelbe. Si vous n’avez pas encore lu le tome 1, lisez juste ici sa critique pour vous faire une idée de cette série !


Comme toujours, avant de commencer une critique, il est difficile de passer à côté du synopsis. Alors voyons voir ce qui nous attend dans ce second tome de SAO.

Synopsis :

Kazuto Kirigaya, plus connu sous le pseudonyme de Kirito, ressort indemne de sa quête dans le château d’Aincrad, alors qu’Asuna « l’Éclair Fulgurant », la fille dont il est tombé éperdument amoureux à l’intérieur de SAO, ne se réveille malheureusement pas de son long coma…

Il se rend à l’hôpital autant de fois qu’il le peut pour veiller sur elle, soutenu par sa sœur, Suguha.

Mais lors d’une de ces visites, Kazuto apprend de la bouche même de Nobuyuki Sugô, un ingénieur-programmeur, que ce dernier est sur le point de se marier avec Asuna sans attendre son réveil.

Au même moment, Agil, un ancien compagnon de lutte de Kazuto, lui signale qu’un avatar ressemblant étrangement à Asuna serait retenu prisonnier dans un nouveau VRMMO qui fait fureur…
« ALfheim Online » !

1

L’univers :

Dans ce second tome, les personnages que l’on va continuer et/ou commencer à suivre évoluent dans un nouveau VRMMORPG, différent de celui qu’était Sword Art Online. Cette fois-ci, il s’agit d’un jeu où, contrairement à SAO, la magie existe et elle est même au cœur du jeu. Diverses races évoluent dans cet univers, comme les Spriggans, les Sylphes ou encore les Ondines, avec une particularité pour chacune d’elles : certaines sont douées dans les magies offensives, d’autres dans les techniques de soins, etc.
On retrouve ici les principes typiques des MMORPG de notre époque, et contrairement à SAO, quelqu’un qui est peu expérimenté dans le maniement de l’épée peut malgré tout devenir très puissant grâce à la magie, ce qui change beaucoup de choses.

Ce nouveau jeu s’appelle ALO (ALfheim Online), simplement parce que tous les joueurs sont des fées. En plus de la magie, chaque race peut voler dans les airs pendant un certain laps de temps.
ALO diffère du précédent univers, car les règles ne sont plus les mêmes, les décors sont certes différents mais toujours aussi majestueux & féériques. C’est surtout la disparition de la principale particularité de SAO qui change la donne : la mort du personnage entrainant celle du joueur dans le monde réel.

Du coup, si un personnage meurt dans ALO, celui-ci pourra revenir à la vie par la suite, sans entrainer la moindre blessure réelle chez le joueur. Même avec cet enjeu en moins, l’univers reste malgré tout très intéressant, et encore une fois, de nombreuses possibilités subsistent.

Yggdrasil, l'arbre monde
Yggdrasil, l’arbre monde

Le but final du jeu est d’atteindre le sommet d’Yggdrasil, l’arbre monde.
On raconte que les joueurs qui atteindraient le sommet de cet arbre colossal recevront le pouvoir de voler sans limite de temps dans ALfheim Online. Ce but peut sembler assez simpliste en apparence, mais si on retient que les sensations perçues dans ALO sont extrêmement réalistes, alors pouvoir voler indéfiniment est une capacité qui fait envie à la quasi-totalité des joueurs. Sans compter que la race qui gagnera un tel don aura forcément un avantage sur les autres.

Pour finir, le monde d’ALO comporte également des monstres, des PNJ, ainsi que de nombreuses quêtes accessibles aux joueurs. Il est aussi vaste que celui de l’Aincrad, et l’auteur nous fera voyager dans de nombreuses zones d’Alfheim, toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Ce second tome m’a vraiment plu au niveau de son univers, rempli de références sur la mythologie nordique que j’affectionne particulièrement. Au-delà de ça, l’auteur les manie habilement, nous faisant voyager et visualiser très facilement les différents lieux de ce monde. On se retrouve vite absorbé par l’univers d’Alfheim, en allant d’une petite forêt banale à une immense ville souterraine, avant de finir au pied d’un arbre tellement gigantesque que même ses premières feuilles sont cachées par les nuages.

3
Carte du monde d’Alfheim Online

L’histoire :

Avant d’aller plus loin, je tenais à parler rapidement de l’anime, pas mal de personnes ayant trouvé son arc ALO pas super génial. Adaptation du light novel oblige, il a donc une construction assez différente, certains éléments étant supprimés ou modifiés. Du coup, je tenais à préciser que je ne vais parler que du light novel, et je préfère le dire maintenant pour être sûr qu’on fasse la différence entre les 2 supports.

Kirito ayant mis fin à la dystopie de l’Aincrad, il va pouvoir sortir de son « sommeil » et retrouver un semblant de vie normale dans le monde réel. Toutefois, même s’il a complété SAO, il va progressivement se rendre compte que l’histoire n’est pas entièrement terminée… car Asuna et une centaine d’autres joueurs ne sont toujours pas sortis de leur coma.
Kazuto Kirigaya va devoir plonger une nouvelle fois dans les VRMMORPG, afin de sauver sa chère et tendre Asuna retenue prisonnière dans une cage sur l’une des branches d’Yggdrasil.

L’auteur va nous faire suivre la nouvelle quête de Kirito dans « ALO », à la recherche d’Asuna.
Notre héros va rencontrer de nouvelles personnes, alliés de poids comme ennemis d’un jour, et se frayer un chemin face à tous les obstacles qui se dressent sur sa route.
Bien que la mort ne soit plus au premier plan, il persiste cette atmosphère lourde et pesante au regard de la quête de Kirito. L’univers est peut-être plus apaisant et moins cruel, les enjeux demeurent importants aux yeux de Kirito… et il va vite se rendre compte que tout cela dépasse le simple sauvetage d’Asuna, cachant une affaire plus sinistre qu’il n’y paraît.
Reki Kawahara dose parfaitement son histoire, mettant de l’humour quand il en faut, de l’action et des moments badass sans trop en ajouter, sans oublier des moments mélancoliques et parfois tristes.

En parallèle, on observe également la progression et la réhabilitation de Kazuto Kirigaya dans le monde réel, réapprenant des choses simples comme marcher. Une évolution sentimentale va d’ailleurs voir le jour, en particulier avec sa sœur Suguha Kirigaya. On apprendra à l’occasion leur passé commun, mais aussi les répercussions de l’enfermement de Kirito dans Sword Art Online sur leur relation.
Cette partie de l’histoire est très bien développée et exprimée dans le light novel, contrairement à l’anime. C’est d’ailleurs cet élément qui rend le second arc de l’anime moins bon pour grand nombre de personnes, d’où le fait de bien différencier les deux supports. Reki Kawahara a géré cet élément assez important de ce second tome d’une façon plus agréable et moins intrusive que dans l’anime.

Bien sûr, il y a aussi certains défauts dans le tome 2 avec, par exemple, quelques lenteurs à 2-3 moments du tome, ou encore la « chance » de Kirito qui est parfois assez surréaliste.
Quelques éléments de l’intrigue qui auraient pu avoir une explication logique et rationnelle sont parfois oubliés ou survolés, ils n’ont aucun impact sur l’histoire mais peuvent tout à fait gêner certains lecteurs.

En conclusion, l’histoire de ce tome possède des qualités, comme le fait de voir évoluer Kazuto Kirigaya alias Kirito dans le monde d’Alfheim Online, ainsi que dans le monde réel. On suit une double évolution vraiment intéressante et bien menée par l’auteur, car les deux sont intimement liées.
Autre qualité, l’histoire bien dosée : on reste toujours pris par cet univers, aussi bien sur celui féérique d’Alfheim qu’au monde réel qui y reste lié.

Kazuto Kirigaya et sa sœur Suguha Kirigaya
Kazuto Kirigaya et sa sœur Suguha Kirigaya

Les personnages :

Comme pour le premier tome, on retrouve Kirito, mais aussi Asuna, peu présente malgré son rôle vital dans l’intrigue. Ici, on se focalisera sur Kirito, sa sœur Suguha ainsi que Leafa.

Kirito et Suguha sont les deux personnages principaux de cet arc. Concernant Kirito, qui a déjà été bien développé dans le premier tome, on suit maintenant son évolution tout en le connaissant un peu mieux. Il reste fidèle à ses habitudes et ne change pas de façon notable, mais une nouvelle relation avec Suguha fera émerger des éléments de son passé, rendant le personnage encore plus vivant et facile à cerner.
Le second personnage est Suguha, la sœur de notre protagoniste. Nous allons apprendre à la connaitre à travers cette relation qu’elle entretient avec son frère, et par le biais de ses sentiments. C’est une fille assez ordinaire mais attachante, on finit par vite apprécier le personnage.

Une troisième protagoniste, Leafa, fait son apparition dans ALfheim Online et aidera Kirito dans sa quête. Sauvée par ce dernier, elle se sentira redevable envers lui et décidera de l’accompagner dans sa conquête d’Yggdrasil. Mystérieuse sur certains aspects, elle jouera pourtant un rôle important dans l’évolution de Kirito, que ce soit dans Alfheim ou dans le monde réel, sentimentalement parlant.

Kirito et Leafa
Kirito et Leafa

Les personnages secondaires seront beaucoup moins importants dans cet arc, difficile de s’y attacher vu leur très faible impact sur l’histoire. Il y en a quelques-uns qui se démarquent, comme ce fameux Nobuyuki Sugô que l’on aimera détester.

Reki Kawahara a choisi de se concentrer sur Kirito, Suguha et Leafa, ainsi que sur Nobuyuki Sugô et Asuna sur la fin. Ces personnages sont assez bien développés, les détester ou les aimer sera simple.
Par contre, les personnages secondaires sont beaucoup trop secondaires… autant ils avaient une certaine importance ici et là dans le tome 1, autant là ils sont de vulgaires figurants.

Les illustrations :

Comme à son habitude, abec l’illustrateur de Sword Art Online fait toujours un excellent travail. Son style est épuré et très propre, les pages en couleurs sont agréables à l’œil et parfaitement dosées.
En plus de ça, une certaine sensualité et mélancolie se dégage de ses illustrations, les sentiments des personnages décrits dans le light novel par Reki Kawahara sont retranscrits et détectables.
Encore une fois, cet illustrateur nous fait voyager avec son travail et on peut remarquer quelques progrès au niveau des traits récurrents d’ Asuna et Kirito.

6

 

Conclusion :

Le second tome de Sword Art Online est lui aussi un régal pour les yeux, abec a encore une fois réussi à nous immerger dans divers environnements à travers ses illustrations.
L’univers est tout aussi agréable que les illustrations, nous plongeant tantôt dans un intense duel sur les falaises d’une montagne, tantôt allongé au bord d’une rivière calme et sous un soleil qui caresse le visage.
Reki Kawahara exploite habilement ce nouveau décor, sans oublier la réalité et ses différents enjeux plus ou moins importants. Le premier tome avait un rythme et des événements s’enchaînant trop rapidement, un défaut qui disparaît dans ce tome-ci : le rythme est beaucoup plus calme et posé.
Certes, il s’accélère grandement vers la fin, mais c’est justement une formule qui marche, le lecteur ayant le temps de s’imprégner des événements, de ce nouvel univers et des différents personnages… hormis les personnages secondaires qui sont laissés au bord de la route.
En bref, ce tome est pour moi plus réussi et mieux rythmé que le premier, alors que les enjeux et le suspens sont plus modestes que dans le premier arc !

Note finale : 16.5/20

Couverture du tome 2 en France
Couverture du tome 2 en France

Si vous êtes intéressés par ce tome 2 ou par le premier, ils sont disponibles chez les éditions Ofelbe pour 19.90€ le tome (sachant qu’un tome contient au total deux tomes japonais, soit 532 pages).
Vous pouvez le trouver sur la boutique de l’éditeur, ainsi que chez vos sites et libraires habituels (Amazon, la Fnac, le libraire de votre ville, etc…).

Je vous dis à bientôt pour de prochaines critiques, en espérant que celle-ci vous ait plu. N’hésitez pas à partager en commentaire votre avis sur la série et sur la critique.

Bonne lecture à-vous !

Publicités