Pour cette nouvelle critique, nous allons parler d’un anime qui fut selon moi un naufrage : Glasslip. Et pourtant, sur le papier tout semblait si bien…

L’anime est sorti durant l’été 2014 et il est licencié en France chez Crunchyroll. Le studio en charge de cet anime n’est autre que P.A. Works, ayant notamment réalisé Tari Tari, Another, Angel Beats! ou plus récemment Nagi no Asukara. Habituellement, nous avons de très bons animes à tous les niveaux de la part de ce studio, mais malheureusement, Glasslip est un énorme échec et sûrement le pire anime de l’histoire de ce studio (avec RDG : Red Data Girl bien sûr).

Cependant, avant d’en dire plus sur cet anime au succès inexistant, voici un petit résumé de l’histoire :

Tôko Fukami vit dans une petite ville au bord de la mer appelée Hinodehama, elle est une jeune apprentie souffleuse de verre dont la famille possède une fabrique de verre. Durant les vacances d’été de sa dernière année de lycée, Tôko et quatre de ses amies rencontrent un étudiant, Kakeru Okikura, qui prétend qu’une voix venue du futur l’a conduit vers Tôko. Son arrivée déclenche une série d’événements et ce dernier été qu’ils passeront ensemble sera teinté d’espoir et de chagrin…

1
« Cette série me donne déjà la migraine… »

Un anime de type tranche de vie, romance, comédie avec un petit côté drame, Glasslip avait tout pour être un bon animé et pourtant… le massacre a eu lieu.

Les personnages :

Nous allons suivre 6 personnages, formant 3 duos dont les histoires et les relations s’entremêlent.

Tôko Fukami
C’est le personnage central de l’histoire, une jeune lycéenne qui vit sa vie sans se poser de questions et qui aime être auprès de sa petite bande d’amis. Elle possède cependant une petite particularité, car il lui arrive parfois d’avoir des visions qui lui montrent un « fragment d’avenir ».

2
Tôko Fukami

Yanagi Takayama
C’est une camarade de classe et une amie proche de Tôko. Mannequin aimant la danse, elle est aussi « secrètement » amoureuse de Yukinari Imi, qui n’est autre que son demi-frère à la suite d’un remariage d’un de leurs deux parents avec l’autre.

3
Yanagi Takayama

Yukinari Imi
Demi-frère de Yanagi, il vit sous le même toit qu’elle mais est « secrètement » amoureux de Tôko. C’est un sportif qui pratique la course à pied et qui n’a jamais le sourire, il reflète bien la sensation qu’on éprouve devant cette série.

4
Yukinari Imi

Sachi Nagamiya
Jeune fille à la santé fragile, elle est très proche de sa meilleure amie Tôko, si proche qu’elle en est amoureuse. Elle est moins présente dans le groupe d’amis à cause de sa santé, qui l’oblige à faire des va-et-vient entre sa maison et l’hôpital.

5
Sachi Nagamiya

Hiro Shirosaki
Un garçon tout à fait classique et banal, si ce n’est qu’il est amoureux de Sachi.

6
Hiro Shirosaki

Kakeru Okikura
Il s’agit du second protagoniste de l’histoire. C’est un jeune garçon froid, distant et hautain. Il entend des bruits qui semblent être des « fragments d’avenir », à part ça tout va bien.

7
Kakeru Okikura

Les personnages de cet anime sont totalement clichés, mauvais, sans profondeur et consistance…
Les deux protagonistes, Tôko et Kakeru, sont méprisables et répugnants de par leur stupidité profonde et leur manque de compréhension vis-à-vis de leur entourage et d’eux-mêmes.
Ensuite, nous avons notre second duo, Sachi et Hiro, sans intérêt et vide de sens (comme les quatre autres personnages, d’ailleurs). Ils sont niais, inintéressants et affligeants.
Enfin, nous avons Yanagi et Yukinari, deux personnages un peu mieux travaillés (en particulier Yanagi) mais cela reste clairement insuffisant, car ils sont tout aussi soporifiques et insipides que les autres.

8
« Il serait préférable que l’on disparaisse… »

Depuis que je regarde des animes, il ne m’était jamais arrivé de détester l’ensemble des protagonistes d’une même œuvre, et pourtant c’est ce qu’il m’est arrivé avec Glasslip. Seuls les quelques personnages secondaires sont intéressants… mais malheureusement, ils sont très peu présents.

L’histoire :

Il y en a une ?

9
Problem ?

Au départ, cet anime prend la voie de la romance et des relations entre plusieurs membres d’un même groupe d’amis, mais peu à peu, tout commence à s’éparpiller et on termine sur une intrigue totalement incompréhensible et incroyablement mauvaise pour le peu que l’on comprend.
On ne sait jamais où l’animé souhaite nous emmener, chaque fin et début d’épisode n’a aucun sens, le tout pour terminer sur une fin semblable au néant, une fin remplie de vide.

10
« C’est quoi déjà, l’histoire ? »

La conclusion de cet anime est inexistante, il se termine comme ça, sans réelle fin ou explication.
Après avoir dû supporter treize épisodes de vingt-quatre minutes de médiocrité, voir une fin pareille me laisse un goût amer… j’ai la sensation d’avoir perdu 312 minutes de ma vie sur cette œuvre nauséabonde. J’aurais voulu développer un peu l’histoire et son déroulement, mais c’est assez difficile de parler de rien.

Les graphismes :

Il s’agit du seul bon point de l’animé. P.A. Works est habitué à nous faire de très beaux animés et c’est encore le cas. Les décors sont très colorés et nous procurent une sensation de chaleur et de légèreté, on a réellement l’impression d’être en vacances lorsque l’on a ce genre de graphismes.

11
« C bô ! »

La chara-design est aussi très bon. Les personnages sont bien travaillés, qu’ils soient principaux ou secondaires, leur animation est fluide et les émotions sont très bien retranscrites.

12
Le meilleur personnage de la série !

Graphiquement, Glasslip n’a rien a envier aux autres animes de P.A. Works et même aux autres animes en général, il est très beau.

13
« Yeah ! Enfin un truc positif ! »

La musique :

Ici aussi, la musique est là pour nous dire que Glasslip est mauvais, enfin… si elle existe.
Lorsqu’il y en a dans cette série, on n’y prête aucune attention, elle est tellement invisible et inutile que l’on ne s’en souvient pas. Et pour le peu qui reste en tête, ça reste d’une banalité affligeante.

14
« Désolé, je me suis assoupie quelques secondes. »

Bien que classique, l’opening reste agréable à écouter, il est interprété par ChouCho (une chanteuse très talentueuse) et se nomme Natsu no Hi to Kimi no Koe.
De même pour l’ending, banal mais sympathique, il est signé nano.RIPE et se nomme Toumei na Sekai.

Conclusion:

Pour conclure, je ne peux que vous conseiller de ne pas regarder ce massacre sauf si vous souhaitez avoir un avis plus personnel sur cet animé, au risque de perdre 312 minutes de votre vie.
Le format de 13 épisodes était trop long, nous avons eu 13 épisodes de trop et j’aurais préféré que cette série ne voit jamais le jour. Après le bide monumental de RDG : Red Data Girl du studio P.A. Works, un deuxième nom peut apparaître sur la liste des échecs de ce studio : Glasslip !

Note finale : 6/20

15
Source de l’image : http://www.pixiv.net/member_illust.php?mode=medium&illust_id=44969919
Publicités